Prévention et Réparation
Antélis-responsabilité est une équipe
du cabinet Antélis
11 février 2020 - Jean-Pierre Coïc

La future flèche de Notre Dame de Paris en matériau composite : pourquoi pas ? Une réponse à Vannes


En toile d’araignée, en fibre de lin ou autres matériaux composites … l’ancienne flèche de Notre Dame faite de bois de chêne et de plomb pourrait être remplacée par un édifice moderne adapté aux techniques de notre époque. Après avoir bâti les dômes du centre culturel et spirituel orthodoxe russe de Paris, c’est ce que propose l’entreprise MULTIPLAST, toujours à la pointe de l’innovation.

Chantier naval, mondialement reconnu, il se concentre entre autres sur la compétition en faisant performer les bateaux de course, notamment en se lançant dans la fabrication de foils pour les bateaux courant le Vendée Globe comme le nouvel Imoca DMG MORI du Japonais Kojiro Shiraish sorti du hangar MULTIPLAST le 31 août 2019 et destiné à participer à la célèbre course en 2020.

Il a aujourd’hui dépassé le monde de la mer pour explorer terre et ciel.

J’ai eu le privilège de visiter ces chantiers qui donnent naissance à des projets « irréalisables ».

L’entreprise met toujours en avant la création et les conceptions en matériaux high-tech afin d’offrir une qualité jamais égalée en termes de développement, d’optimisation et de solidité.

J’en veux pour preuve l’avion 100% électrique « Alice » qui démontre un savoir-faire unique en matière de légèreté des matériaux associée à la robustesse.

Cet avion destiné à un usage commercial a été présenté avec l’entreprise israélienne Eviation au Salon du Bourget. Cette exposition a été un vif succès puisqu’il a été élu parmi les 100 innovations de l’année par Time Magazine.

Entreprise de pointe s’il en est, elle a su développer des formations spécifiques en interne pour ses ouvriers prototypistes, afin d’être toujours plus audacieuse dans ses propositions et performante dans ses réalisations.

Cette activité d’innovation et de dépassement technologique permanent entraine des risques de développement bien spécifiques qui nécessitent d’être anticipés rigoureusement tant sur le plan de l’assurance que de la responsabilité.

Il est certain que l’équipe n’a pas fini de nous surprendre en diversifiant ses activités. Ainsi, nous gardons attentivement un œil sur les sorties du hangar de Vannes.

En sortant de ces chantiers hors du temps, une phrase de Mark Twain me vient :

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait ».

Partager sur :
FacebookTwitterLinkedInEmailPrint

AUTEUR

Jean-Pierre Coïc

Avocat associé

Avocat depuis 1990, Jean-Pierre Coïc est le cofondateur du cabinet Antélis. Il conseille les entreprises industrielles sur tous les volets des risques et dommages générés ou subis par leur activité. Il connaît tous les domaines de la responsabilité, contractuelle ou non-contractuelle et des assurances. Il intervient lors d’expertises techniques amiables ou judiciaires.

> Mentions légales